Réponses à la réponse d'un ami qui a partagé le film « Hold-up »


Déjà, je voudrais juste rappeler un truc pour le contexte. On s’est rencontrés en 1997 : à cette époque, nous nous croisions régulièrement sur les Pentes de la Croix-Rousse. Je ne sais pas quel âge tu as, mais à l’époque j’avais à peine 20 ans et tu étais plus âgé que moi. Tu venais de ce continent lointain dont je ne savais, alors, presque rien, et tu avais cette présence souriante, calme, posée, toujours bienveillante, imposante dans le bon sens du terme, une sérénité et une expérience de vie que j’admirais réellement. Tu étais aussi un artiste et un musicien accompli alors que le gamin que j’étais aspirait à devenir tout cela. J’écoutais toujours, avec attention, ce que tu avais à dire, parce que pour moi, il était clair que j’avais des choses à apprendre de toi, et si je raconte ça ce n’est évidemment pas pour te lécher les bottes, mais pour te dire à quel point c’est troublant pour moi de me retrouver aujourd’hui dans une opposition idéologique et politique apparemment si profonde avec toi. Et si je le fais publiquement et non en MP, c’est pour que tous ceux qui nous lisent aient une idée claire de la nature de nos relations, et du fait que pour moi, et quels que soient nos désaccords, tu seras toujours ce type adorable que j’ai connu et aimé, et que tu seras toujours le bienvenu pour un thé ou pour squatter un week-end chez moi.


Ceci dit, et concernant ce film et le fait de le regarder ou non, j’ai lu plus d’une douzaine de critiques et de débunkages sourcés, provenant tant de grands médias que de blogueurs et de communautés indépendants. J’en ai vu et lu des extraits significatifs, et à vrai dire cela fait des mois, sinon dans certains cas des années, que je suis (et que je combats) d’assez près certaines des théories qu’il défend. Du coup, c’est vrai, je ne l’ai pas regardé, je le ferai peut-être tôt ou tard, mais je n’ai pas besoin de regarder un film expliquant (par exemple) que la terre est plate, que la Bible ou le Coran contiennent des vérités scientifiques, ou que l’homme n’a jamais marché sur la lune, pour savoir que tout ce que j’ai lu et entendu, que toutes mes réflexions jusqu’à aujourd’hui m’ont conduit à condamner ce genre d’affirmations. L’argument selon lequel je dois m’infliger près de trois heures de visionnage d’un film qui affirme sans preuve des choses que j’ai déjà entendues et que je sais (ou, du moins, que je pense savoir) déjà fausses n’est pas valide, car il est improbable que ce visionnage soit en mesure de me convaincre (puisque, précisément, le film est une suite de témoignages dépourvus de preuves). Mais peut-être le regarderai-je finalement tôt ou tard. Si je devais changer d’avis après l’avoir fait, je le dirai publiquement (j’ai déjà fait des mea culpa, je me suis déjà trompé).


Donc non, ma démarche ne se situe pas dans le cadre d’un bashing généralisé et aveugle, et elle est bien loin des slogans répétés aveuglement par BFM-TV et consorts. Elle se situe dans le cadre d’un intérêt personnel, qui remonte à de longues années, pour la pensée critique, la démarche scientifique, l’épistémologie, les sciences cognitives, l’histoire, la géopolitique et l’étude des médias entre autres sciences humaines. Je n’ai pas la prétention d’être un expert, ce sont des hobbies, ce n’est pas ma spécialité professionnelle, mais ces sujets m’intéressent et je m’inquiétais des théories du complot, des fake news et de la défiance (parfois justifiée, mais qui ne devrait jamais être aveugle) vis-à-vis des médias, de la communauté scientifique et des institutions bien longtemps avant que cela ne devienne un sujet de société (mon premier article de blog à ce sujet remonte à 2011). Et pour me positionner clairement, puisque tu mentionnes le Président, je n’ai plus aucune, mais alors plus aucune sympathie pour M. Macron et son entourage ni pour leurs mensonges (j’y ai un peu cru au début, je l’avoue sans honte, mais ils ont, depuis et sans ambivalence, tombé le masque et je n’ai plus rien à attendre de ces gens-là et de leur idéologique néolibérale et occasionnellement autoritaire, qui n’a rien du « ni de droite ni de gauche progressiste » qu’on m’avait vendu).


Quant au transhumanisme que tu as évoqué et dont je me revendique (là encore, depuis longtemps et bien avant que cela ne devienne un sujet médiatique), c’est un vaste sujet, et j’assume la part d’eugénisme qu’il comporte (au sens d’un eugénisme choisi démocratiquement et accessible à tous, sans distinctions de revenus — un grand nombre de transhumanistes sont progressistes et de gauche, mais le mot « eugénisme » a été tellement sali par l’histoire qu’il est difficile d’en expliquer les vertus aujourd’hui). Être transhumaniste (et donc, en partie, eugéniste), c’est d’abord un devoir de conscience et de vigilance par rapport à toutes les dérives possibles — et elles sont nombreuses — liées aux progrès inévitables et déjà existants de la science, qui nous conduiront là qu’on le veuille ou non (donc autant être acteur que spectateur). C’est un sujet immense, mais ce qui est clair c’est que d’une manière ou d’une autre, quoi qu’on en pense, l’avenir sera transhumaniste, donc il vaut mieux dès aujourd’hui se demander quel transhumanisme on veut (spoiler : pas celui de Laurent Alexandre). Tu peux ne pas être d’accord, c’est un pari sur l’avenir. Je suis prêt à le tenir.


Maintenant, tu vas peut-être me demander ce qui me met tellement en colère quant à ce film. C’est une question légitime. La colère découle de la peur. De quoi ai-je peur au point de dépenser de l’énergie à le combattre ? C’est super difficile de faire une réponse courte à ça. J’ai peur de l’irrationalité parce que j’ai eu des parents fous, et que j’ai vu (et payé) les conséquences de leurs décisions irrationnelles, fondées sur le ressenti et l’idéologie davantage que sur la raison et sur la preuve. Ça a laissé sur moi une marque indélébile et je ferai un jour un article de blog à ce sujet. Plus largement, la peur que j’ai par rapport aux discours complotistes (je n’aime pas ce mot en vrai, il jette tout en vrac ensemble, il manque de précision), c’est la même que j’ai par rapport à l’islam politique : la foi en la croyance aux dépens de la science, le déni de la validité de nos démocraties imparfaites qui seraient réduites à des dictatures parfaites, et la nécessité pour des masses prétendument opprimées de se révolter par les armes. Ma peur, c’est un lent glissement vers un état de guerre civile aggravé par une crise économique de grande ampleur. Je ne dis pas que cela est inévitable, j’aime à me penser « optimiste de combat » comme le regretté Michel Serres, mais j’ai passé la quarantaine et je souffre de dépression chronique, donc, tout optimiste que je sois, je ne suis pas imperméable à l’anxiété.


Note que je suis convaincu que nos démocraties représentatives « oligarchiques » ont besoin de progresser, de davantage de référendums et de participation citoyenne : je pense qu’on va droit dans le mur si on ne donne pas davantage de pouvoir aux citoyens au quotidien (j’écrirai aussi un article de blog à ce sujet un de ces jours), donc oui au RIC ou au RIP, et oui au revenu universel ou à une de ses variantes, soit dit en passant. Mais par contre…


Mais par contre, imagine — et je me place dans ce scénario comme ceux qui y croient, et vous êtes de plus en plus nombreux chaque mois — imagine que ce soit vrai, que (selon les variantes), le COVID soit un truc planifié pour renforcer le pouvoir des élites, pour assassiner en masse les pauvres, pour instaurer une dictature à grand support de puces informatiques sous-cutanées et de surveillance de masse via 5G, etc. Imaginons que tu aies raison — et si je pensais que c’était vrai, je serais évidemment horrifié moi aussi —, quelle est la solution ? Voter pour un candidat du système qui se prétend antisystème ? On n’en est plus là. Quoi, alors ? Il ne reste qu’une solution. La révolution armée, donc la guerre civile et le chaos. Enfin, moi, je vois pas autre chose : si tu as une autre solution, je suis évidemment intéressé. Mais de ce que j’en comprends, au bout du compte, c’est la lutte armée ou beugler en vain sur les réseaux sociaux, mais j’imagine bien que le but des gens qui partagent Hold-up n’est pas JUSTE de beugler sur les réseaux pour se défouler. Je n’imagine pas que ton but soit simplement de te passer les nerfs sur Facebook en attendant un asservissement ou une mort inévitables.


Alors évidemment, si tu penses que ta cause est vraie et juste, tu finiras par prendre les armes, et tu auras raison. Une telle insurrection armée est également l’objectif — et je te prie de me pardonner la violence et l’approximation de la comparaison, je ne veux pas mettre les deux « causes » sur le même plan, c’est juste un constat — des gens qui orchestrent des événements tels que l’assassinat de Samuel Paty ou les attentats de Charlie ou du Bataclan. Eux aussi, ils en sont probablement convaincus, que leur cause est juste, que Dieu veut que ceci et cela, et que le meilleur moyen d’assurer ceci et cela, ce n’est non pas évidemment de tuer un prof, quelques journalistes ou des gens en terrasse (car l’impact est finalement limité), mais de générer des tensions entre communautés et de prétendre que les musulmans de France sont oppressés comme les Juifs en Allemagne nazie, afin d’inviter les « vrais croyants » à prendre les armes et d’inciter, en retour, les « infidèles » à finalement les prendre à leur tour, jusqu’au chaos et au coup d’État. Idem avec les théories complotistes : serai-je un jour censé prendre les armes pour défendre la République, les institutions, l’Union européenne et la liberté de la presse contre ceux qui croient que le COVID vise à implanter des puces 5G dans nos corps ? Que serai-je censé faire, moi qui ne crois pas cela, quand ceux qui le croient prendront les armes par désespoir, parce que ce sera pour eux la seule solution pour conserver leurs libertés ? (Spoiler : je prendrai la fuite avant si je le peux, mais le pourrai-je ?)


Je fais une parenthèse : tu me parles en même temps d’une urgence climatique niée par les élites (et nous sommes d’accord là-dessus, je me range évidemment sur le consensus scientifique sur ce point) et d’un anéantissement des trois quarts de l’humanité planifié par ces mêmes élites (projet auquel je n’ai aucune raison de croire, quitte à me tromper) et, pour être honnête, je ne comprends pas très bien où est le problème. Si je devais être cynique, se débarrasser des trois quarts de l’humanité serait le moyen le plus simple et le plus expéditif de résoudre la crise climatique et la destruction de l’environnement (et, soit dit en passant, de diminuer la souffrance animale) : deux milliards d’humains, ça serait probablement assez cool en termes d’émissions de CO2. Pardonne-moi si je ne comprends pas la logique de ton combat, mais je ne la comprends pas. Un génocide de masse, c’est le meilleur truc qui pourrait arriver en termes de préservation de l’environnement, peu importe que ce soit les riches ou les pauvres qui y passent. Et je ne dis pas que je défends une telle idée, je fais juste un constat tristement évident.

Mais pour en revenir au « complotisme politique », je suis convaincu qu’il existe. Au-delà des innombrables putes qui font ça pour l’argent ou la célébrité et des trolls étrangers payés pour déstabiliser les démocraties occidentales, il y a très probablement de véritables activistes qui y croient vraiment, et une grande majorité de citoyens ordinaires qui y croient tout autant (dont je présume que tu fais partie). Et s’ils y croient vraiment, leur seule option contre Macron, Soros, Bill Gates et compagnie, in fine, ce sera la lutte armée. On n’abat pas une dictature avec des élections, et encore moins avec des discours et des posts Facebook. On abat une dictature par l’insurrection armée, et seulement ainsi. Si tu connais une autre méthode, là encore, je voudrais bien savoir laquelle.


Voilà pour moi l’enjeu. Voilà pourquoi je conteste avec passion chaque partage de ce film (entre autres discours similaires). Tu peux penser que je suis un mouton. Tu peux penser que je suis un idiot utile. Tu peux penser que je suis payé par le système pour troller contre « vous » (qui sait, après tout ?). Tu peux penser que je suis complètement cinglé. Tu peux penser que je suis simplement un adversaire politique/idéologique qu’il va falloir combattre bon gré mal gré. Mais voilà où nous en sommes. Nous ne sommes déjà plus vraiment capables de nous parler ni de nous écouter ni de nous comprendre. Peut-être, demain, serons-nous à la pointe du fusil de l’autre. Je ne vois malheureusement pas d’autre issue au scénario proposé par Hold-up.


Alors après voilà, en attendant, je ne vais pas te supprimer de mes contacts, car tu es une personne que je connais IRL, que j’aime et que je respecte. Que ce soit clair : je te considèrerai toujours comme un ami. Donc non, contrairement à certains fâcheux dont je ne sais d’où ils sortent et qui me font chier pour pas un rond, je ne te virerai jamais. Et j’espère que ce sera vrai dans l’autre sens, car j’aimerais vraiment qu’on se revoie un jour, pour parler en toute amitié de cela ou de bien d’autres choses. Je ne vais évidemment pas non plus stalker et troller ton mur pour m’opposer à tout ce que tu postes, mais, par contre, à chaque fois que l’algorithme de Facebook me soumettra un de tes posts, comme ça a été le cas l’autre jour, et que je trouverai ce post problématique, je me permettrai de le dire. Pas forcément toujours pour débattre ou convaincre, mais simplement pour élever une voix dissonante et rappeler à tes @mis que tout le monde n’est pas d’accord avec ces théories « du complot » qui, selon moi, sont mensongères et dangereuses. Tu es évidemment bienvenu à faire de même avec mes posts, et je te laisserai faire 😊


310 vues

Avant

Tiroirs