Mystères, contrastes & karmas, ze album


(Photo originale de la pochette : Tom Gainor via Unsplash)


Coucou mes amours,


Ce n’est pas pour parler de ça que je suis là, mais j’en profite pour le glisser en passant : pour tout un tas de raisons, j’ai cessé de me rendre sur les réseaux sociaux depuis le printemps, et les messages privés ont par ailleurs continué de s’empiler. Toutes mes excuses, donc, pour tous les mails auxquels je n’ai pas répondu depuis parfois bien longtemps, et les vœux d’anniversaire pour lesquels je n’ai pas remercié. Ce n’est pas que je m’en fous ni que je vous aime pas, c’est que la vie prend sans arrêt le dessus, et j’y arrive pas, je n’arrive juste pas à répondre aux messages. J’espère parvenir un jour à rattraper tout ce retard accumulé, mais je me sens vraiment incapable de faire des promesses à ce stade.


En parlant de retards accumulés, ma collaboration avec Jean-Sully Ledermann en a connu plus d’un, et c’est encore moi qui me suis laissé dépasser. Il y a plus de cinq ans, nous avons conçu et enregistré trois albums de poésie sonore. Jean-Sully a réalisé un travail de composition, d’arrangements et de mixage remarquable, et ce type de projet était quelque chose que je voulais réaliser de longue date, et que je suis ravi d’avoir finalement pu mettre en œuvre. Mon seul regret est que, faute de disposer de mon propre home studio, je n’ai pas pu consacrer autant de temps et de soin aux enregistrements de ma voix qu’à l’écriture des textes, mais ça reste un projet dont je suis très fier.


Il y a un peu plus de cinq ans, donc, nous avons composé et enregistré ces trois albums. Entre-temps, j’ai changé deux fois de pays, d’environnement et de métier. J’ai traversé quelques tempêtes, une pandémie et quelques périodes qu’on qualifiera poliment de compliquées. Et pas plus que je n’ai réussi à répondre à mes mails, je ne suis parvenu à consacrer le temps et l’énergie que j’aurais voulu à la finalisation et à la promotion de ce projet. Morceau après morceau, l’album Exil des idoles est tout de même paru en 2017, suivi de l’album Étanchéité entre 2018 et 2021. Le troisième disque, Mystères, contrastes & karmas, est finalement prêt à voir le jour. C’est un album plus lumineux, plus joyeux et plus tendre sans doute que les deux premiers, enfin vous verrez bien.


Cette fois-ci, pas question de se laisser happer par l’existence et de délayer encore et encore : neuf semaines durant, nous sortirons un titre par semaine. Ils seront d’abord disponibles sur Bandcamp, Soundcloud et YouTube, puis, comme d’habitude, une fois l’album paru dans son intégralité, sur à peu près toutes les plateformes de streaming et de téléchargements. Et après ça, je me ferai de nouveau discret sur la toile.


On espère donc que ça vous plaira. Et on en profite pour remercier tous ceux et toutes celles qui nous ont suivis, encouragés et soutenus pour les deux premiers albums. Vos commentaires et vos messages nous ont réellement touchés, et même si ces disques sont finalement restés très confidentiels, ça a été une vraie joie de savoir qu’ils ont compté pour quelques-uns et quelques-unes d’entre vous.


J’en profite aussi pour remercier Jean-Sully qui, en plus d’avoir été un collaborateur d’un talent, d’une patience et d’une gentillesse incommensurables, est devenu un véritable ami au fil de ces années. Je ne sais ni si ni quand ça se fera, mais ce sera un vrai bonheur de retravailler avec lui si un nouveau projet s’impose à nous un jour.


Et en attendant, à partir de cette semaine, mystères, contrastes et karmas s’accoupleront en interdits.


Alors voilà…

Avant

Tiroirs